C’est pas le Pérou

Machu Picchu, 11 novembre 2008

Machu Picchu, 11 novembre 2008

Selon expressio.fr, c’est le symbole de richesse qu’était le Pérou qui, en 1661, a fait d’abord apparaître le nom commun ‘pérou’ pour désigner un trésor ou une fortune. Mon trésor, je l’ai trouvé en 2008, l’année où cette expression a pris tout son sens pour moi. C’est en effet l’année où j’ai mis le cap sur la terre des incas pour la première fois.

Pour fêter mes 30 ans et l’obtention de mon baccalauréat, j’ai décidé qu’un voyage s’imposait. Comme je partais seule pour la première fois, j’ai d’abord pensé à une destination dite « accessible ». Puis, je me suis rappelé mon expérience dans un tout‑inclus deux ans auparavant et l’idée d’aller m’écraser sur une plage avec des gens qui parlent ma langue était hors de question. J’avais besoin de dépaysement. Quelqu’un, je ne me souviens plus qui, a suggéré le Pérou.

De là ont commencé les recherches. Qu’y a-t-il à voir? Qui y a-t-il à faire? Est-ce dangereux pour une fille seule d’y voyager. Je n’en avais absolument aucune idée puisque mes connaissances de cette partie du monde se limitaient à ce que j’avais vu dans Les Cités d’Or. J’ai donc regardé plusieurs vidéos de Prom Peru. L’endroit avait l’air magique. C’est finalement l’épisode de No Reservations trouvé sur Youtube qui a achevé de me convaincre.

Je me suis donc procuré un Lonely Planet que j’ai littéralement dévoré. Je l’ai tout lu, même les sections sur l’histoire et la culture. Étant la personne passionnée que je suis, j’ai fait des recherches sur la musique et la littérature dont on faisait mention dans le guide. Je me suis même mise à fréquenter des restaurants péruviens, curieuse d’essayer les plats vus dans les vidéos de promotion. Tout y était si délicieux que je suis devenue une habituée du Verde Limón, le restaurant péruvien de mon quartier.

C’est donc sur des airs de Pedro Suarez Vertiz et entre deux bouchées de lomo saltado que j’ai organisé mon voyage. J’ai tout fait moi-même : choisir l’itinéraire, acheter les vols, réserver les hôtels et trouver une agence de voyage péruvienne pour mon excursion au Machu Picchu. Plus le temps passait, plus j’étais fébrile.

Et puis, enfin, le 7 novembre est arrivé. En descendant de l’avion, j’ai ressenti quelque chose que je ne m’explique pas encore : je me sentais chez moi. Cette impression s’est intensifiée chaque jour du voyage. J’étais tout simplement enchantée des paysages qui m’entouraient, la nourriture était encore meilleure que celle que j’avais mangé à Montréal et il était si facile de tisser des liens avec les péruviens.

Dans moins d’un mois, je retournerai à Lima pour la troisième fois. Je suis aussi excitée – sinon plus – qu’il y a 7 ans. À chaque séjour, je découvre de nouvelles choses qui me font aimer davantage cet endroit.

Coucher de soleil, Miraflores, Lima, Décembre 2012

Coucher de soleil, Miraflores, Lima, Décembre 2012

2 réflexions sur “C’est pas le Pérou

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s